Bandes dessinées Lucky Luke Intégrales

Bandes dessinées Les Aventures de Lucky Luke d’après Morris Tome 10 L’arche de Rantanplan

Ces deux histoires sont ensuite publiées en 1964 dans un album intitulé Les Dalton courent toujours. Les Dalton dans le blizzard est la première histoire publiée en 1962 du no 1256 jusqu’au no 1277 (1963 en album), la seconde est La Caravane publiée du no 1281 au no 1302 (1964 en album). L’année 1963 voit la publication de l’histoire La Ville fantôme du no 1306 au no 1327 et de Les Dalton se rachètent du no 1331 au no 1352.

  • Hank Bullys, le conducteur de La Diligence a les traits de Wallace Beery[54] alors que dans la même histoire le joueur professionnel Scat Thumbs est représenté sous les traits de John Carradine[52].
  • Il possède plusieurs qualités, comme la galanterie puisqu’il enlève son chapeau pour saluer les femmes, la courtoisie, le respect, la séduction (il est courtisé par plusieurs femmes).
  • Deux histoires courtes sont publiées dans Spirou, La Mine du chameau et Les Dalton prennent le train respectivement dans le no 2214 et no 2218[2].

Un nouveau scénariste attitré à la série est aussi désigné en la personne de l’humoriste Laurent Gerra. Pour l’occasion, la série est renommée Les Aventures de Lucky Luke d’après Morris. Après un essai pour Achdé avec l’histoire courte Le Cuisinier français, sur scénario de Claude Guylouis dont l’album est offert pour l’achat d’un album de la série, sort en 2004 la première histoire de ce nouveau duo, La Belle Province. Après une longue absence, la série revient dans le journal Spirou en 2010 avec l’histoire à suivre Lucky Luke contre Pinkerton publiée du no 3779 au no 3784[2], puis en album la même année. Pour cet album, Laurent Gerra laisse le scénario au duo Daniel Pennac et Tonino Benacquista[67] qui reviendront pour l’album suivant, Cavalier seul, paru en 2012.

Articles connexes[modifier modifier le code]

C’est Joe-la-Gachette l’ennemi de l’histoire qui porte le même nom, puis Face-à-Tabac dans l’histoire suivante Jours de round-up. Dans le septième album, L’Élixir du Docteur Doxey Luke affronte Scraggy dans la première histoire et le Docteur Doxey dans les deux. Dans l’album suivant, Phil Defer, les ennemis ont pour nom O’Sullivan et Phil Defer[s 10]. Morris avait découvert Achdé grâce à une planche dessinée par celui-ci dans un album hommage au créateur de Lucky Luke. Achdé fait un essai sur la série Rantanplan sous forme de strips et fait la connaissance de Philippe Ostermann, le directeur éditorial de Dargaud https://lucky8fr1.com.

  • Ainsi dans une scène d’incendie, la planche est colorée pratiquement entièrement en rouge vif.
  • Il apparaît principalement dans l’histoire à son nom où apparaissent aussi son frère ainé et complice Franck[d 25] et son cousin Cole Younger[d 26], puis seul dans Belle Starr.
  • Les ennemis sont très présents dans la série, et si certains sont des personnages historiques du Far West, un grand nombre sont des personnages fictifs.
  • Dans Le Ranch maudit, Christopher Lee apparaît sous les traits d’un agent immobilier véreux, Groucho Marx en chasseur de bisons, et Serge Gainsbourg en ivrogne.
  • La série est publiée ensuite dans le journal français Pif Gadget à partir de 1978, avec comme premier récit à suivre La Ballade des Dalton du no 500 à no 502[13].

Dans le cadre du Parcours BD de Bruxelles, une fresque murale de Lucky Luke, créée par Morris et réalisée par l’association « Art Mural », est inaugurée en 1992 dans une rue du centre-ville de Bruxelles (rue de la Buanderie)[112].

Rantanplan

Erasmus Mulligan, propriétaire du Western Circus dans l’histoire du même nom est protégé par Lucky Luke contre Corduroy Zilch, organisateur de rodéo qui voit d’un mauvais œil la concurrence du cirque[d 43]. Dans Chasseur de primes, il aide le Cheyenne Tea Spoon soupçonné d’avoir volé Lord Washmouth III, un cheval de compétition[d 44]. Dans la quatre-vingt-septième histoire, La Fiancée de Lucky Luke, Lucky Luke doit protéger un convoi de femmes et particulièrement Jenny dont le fiancé est en prison et qui va vivre avec Lucky Luke[s 11]. Dans l’histoire Les Dalton à la noce, Samuel Parker, ami de Lucky Luke, veut s’occuper des Dalton avant son mariage[s 12]. Marcel Dalton présent dans l’histoire du même nom est l’oncle des Dalton, banquier en Suisse il est le seul membre honnête de la famille et va engager ses neveux dans une banque qu’il ouvre aux États-Unis[s 13]. En 1974, sort un jeu de domino à l’effigie des personnages de la série[s 26].

  • Personnage discret, voire peu malin ou tout aussi pleutre que les citoyens qu’ils sont censés protéger, afin de ne pas faire d’ombre au héros, il porte toujours la barbe ou la moustache et se trouve être soit très gros, soit très maigre.
  • L’année 1965 commence avec la publication de l’histoire à suivre Des barbelés sur la prairie du no 1411 jusqu’au no 1432, puis une Calamity Jane du no 1437 au no 1458.
  • Avec ce changement d’éditeur, la popularité et les ventes d’albums de Lucky Luke s’accroissent considérablement[c 2].
  • Il ne dialogue jamais avec Lucky Luke, même s’il comprend ce que ce dernier dit, ce dont Lucky Luke a conscience.
  • Le cercle dynamique centrifuge, comme dans l’histoire Lucky Luke contre Pat Poker avec la fuite devant la mouffette, le cercle dynamique rotatif, comme dans l’histoire Le Juge où Lucky Luke, attaché à un arbre, doit courir pour éviter l’ours de Roy Bean.

En 1955 sort le septième album L’Élixir du Docteur Doxey qui contient les histoires quinze et seize, puis sont publiées des histoires courtes dans le journal Risque-Tout, Grabuge à Pancake Valley dans le no 5 et Lucky Luke et Androclès dans le no 11[2]. La série fut souvent censurée, en particulier en France à cause de la loi de 1949 sur les publications pour la jeunesse, puis à partir de 1955 en Belgique où le gouvernement accuse la bande dessinée de pervertir la jeunesse. Ainsi la fin de la douzième histoire Hors-la-loi a été changée, car jugée trop sanglante https://lucky8fr1.com/free-spins/.

Premières années[modifier modifier le code]

Une planche où l’on voyait Billy the Kid alors bébé sucer un révolver, fut censurée par le comité français au nom de la moralité et du bon goût[c 3]. Il faudra attendre 1981 pour que le dessin original soit rétabli dans l’album[d 2]. Goscinny disparu, Morris fait alors appel à divers scénaristes, mais tous ont du mal à prendre la suite de René Goscinny. En parallèle, les studios Dargaud produisent des histoires courtes sur des scénarios de Bob de Groot, Greg et Vicq. Morris tenait en revanche à dessiner entièrement les histoires longues destinées aux albums[c 4]. Jean Léturgie et Xavier Fauche seront, pour Morris, les scénaristes qui vont le plus se rapprocher du style à plusieurs niveaux de René Goscinny (premier degré pour les enfants, et second degré pour les adultes)[15].

  • Le banquier et sa montre à gousset, les dames de la haute bourgeoisie armées de leur ombrelle, l’agent du télégraphe toujours distrait, les vautours sans cesse aux aguets apparaissent également de manière récurrente[c 8].
  • Un nouveau scénariste attitré à la série est aussi désigné en la personne de l’humoriste Laurent Gerra.
  • Durant cette période, Morris cède les droits patrimoniaux de la série à la société Beechroyd qui ensuite lui redistribue les sommes en fonction des ventes.

Si Morris choisit le journal Spirou pour publier ses bandes dessinées plutôt que Tintin, c’est parce qu’il trouve Spirou plus ouvert et plus fantaisiste que son concurrent très marqué par le style d’Hergé. En outre, il travaille déjà pour le studio de dessins animés des éditions Dupuis et a dessiné quelques cartoons pour le journal Le Moustique, alors propriété de Dupuis. Sur conseil de son éditeur, il part habiter chez Jijé, seul auteur belge de l’époque à faire sérieusement de la bande dessinée selon les propres propos de Morris. Il y retrouve André Franquin, qui vient de reprendre la série Spirou et Fantasio, et un peu plus tard Will, qui reprend Tif et Tondu. Au contact de Jijé, il apprendra beaucoup de techniques de la bande dessinée, notamment le dessin d’un croquis d’après nature, grâce à plusieurs séances par semaine sur modèle vivant[c 1].

Bande annonce : Lucky Luke – Cavalier Seul

En 1999 est créée la maison d’édition Lucky Comics, née d’un partenariat entre Lucky Productions et Dargaud. Tous les albums de Lucky Luke qui ont été publiés par ces deux maisons d’édition le sont désormais par cette nouvelle entité. Le premier album publié par Lucky Comics paraît en 2000 et est intitulé Le Prophète, sur un scénario de Patrick Nordmann[63]. En 2002 est publié La Légende de l’Ouest, sur un scénario Patrick Nordmann. Il s’agit de la dernière histoire de Morris qui est décédé l’année précédente[65]. Le joueur de poker, habillé élégamment et affublé d’un chapeau, a le regard fourbe du tricheur ; il fréquente les tables de jeux et se retrouve fréquemment couvert de goudron et de plumes porté sur un rail par les habitants du village.

Le premier album édité par celle-ci est intitulé L’Amnésie des Dalton et sort en 1991, mais l’histoire a été publiée pour la première fois en 1991 du no 1169 au no 1173 de Pif Gadget. L’année suivante voit la publication de Chasse aux fantômes, sur un scénario de Lo Hartog van Banda. En 1993 est publiée Les Dalton à la noce scénarisée par Xavier Fauche et Jean Léturgie. Même équipe de scénaristes pour Le Pont sur le Mississipi, publiée en 1994. Xavier Fauche est en revanche seul à faire le scénario pour Belle Starr, éditée en 1995.

Calamity Jane

La rue des Pierres a ainsi temporairement été surnommée rue Lucky Luke[114]. En 2003, une illustration de Lucky Luke et Jolly Jumper est réalisée pour illustrer le ski dans les couloirs du Centre sportif de Blocry à Louvain-la-Neuve, qui contient nombre de dessins évoquant le sport dans la bande dessinée[réf. Dans la version française du film Retour vers le futur 3, Marty McFly appelle à un moment sa voiture qui permet de voyager dans le temps Jolly Jumper, avant de partir en 1885, à l’époque des westerns.

  • Sa principale intervention au cours des aventures est, dans l’histoire Dalton City, de tomber amoureux en même temps que son frère Joe de Lulu Carabine, s’engageant alors entre les deux frères une bataille amoureuse[d 15].
  • Le premier album édité par celle-ci est intitulé L’Amnésie des Dalton et sort en 1991, mais l’histoire a été publiée pour la première fois en 1991 du no 1169 au no 1173 de Pif Gadget.
  • La série fait un retour dans Spirou en 1983 avec Le Daily Star publiée du no 2424 au no 2427 (publiée la même année en album) et en 1984 avec La Fiancée de Lucky Luke du no 2479 au no 2482 (publiée la même année en album)[2].
  • Des rails sur la prairie sera le premier album qui marquera la collaboration de Morris et Goscinny avec ce dernier au scénario.
  • Les séries dérivées sont confiées à des assistants sans pour autant qu’un studio soit créé par Morris[20].

Si, au début de la série, il n’exprime que rarement ses opinions, à partir de la trentième histoire Sur la piste des Dalton il devient sous la plume de René Goscinny un commentateur de l’action. Ses commentaires se font par l’expression de ses pensées, pour regretter une situation ou pour en souligner l’absurdité, prenant souvent le lecteur à témoin. Il ne dialogue jamais avec Lucky Luke, même s’il comprend ce que ce dernier dit, ce dont Lucky Luke a conscience.

Laurent Gerra présente Lucky Luke (Eddy M.)

Les premiers ennemis inventés que doit affronter Lucky Luke sont Big Belly, Mestizo et Cheat dans l’histoire Arizona 1880. Les deux premiers reviennent dans l’histoire suivante La Mine d’or de Dick Digger ; dans Le Sosie de Lucky Luke les ennemis s’appellent Stan Strangler, le Petit Charley Chick et Mad Jim. L’histoire suivante, Lucky Luke à Desperado-City, met en scène les Frères Pistol et le croque-mort. Ensuite il affronte Cigarette Caesar dans l’histoire Lucky Luke contre Cigarette Cæsar.

Ils sont les cousins imaginaires des véritables frères Dalton, des hors-la-loi américains qui ont sévi au XIXe siècle. Ils font leur première apparition dans l’histoire Les Cousins Dalton où ils promettent d’abattre Lucky Luke pour venger la mort de leurs cousins tués quelque temps auparavant par le cow-boy solitaire. Ils vont alors devenir des personnages récurrents de la série, comme premiers ou seconds rôles[d 11]. La présence régulière de Lucky Luke dans le journal Pilote ne durera que cinq ans. Constatant que le journal a changé de visage et de public, Goscinny et Morris estiment que la série n’y a plus sa place. Lucky Luke fait donc sa dernière apparition en 1973 dans le no 736 de Pilote avec la fin de l’histoire L’Héritage de Rantanplan.

Jeux vidéo[modifier modifier le code]

Lucky Luke est une série de bandes dessinées caricaturale, de ce fait, tout l’environnement est exagéré aussi bien au niveau des attitudes que du physique des personnages comme l’utilisation de gros nez. Un personnage peut ne pas être de couleur chair avec des habits colorés, mais d’une couleur unie des pieds à la tête. Ainsi dans une scène d’incendie, la planche est colorée pratiquement entièrement en rouge vif. L’ensemble donne un aspect humoristique, voire pop art, aux couleurs de la série[34]. Cela pose des problèmes à l’imprimerie, où les couleurs sont appliquées par des chromistes, qui ne respectent pas toujours les couleurs indiquées par Morris sur les calques posés sur les planches[35]. Morris s’en sert aussi pour représenter des cercles comme le cercle à dynamique rayonnante de l’histoire Les Dalton se rachètent qui montre un Joe Dalton furieux, bondir des quatre coins du saloon.

  • Il déteste Rantanplan et ne manque jamais une occasion de le critiquer[d 8].
  • La série est créée en 1946 dans l’almanach 1947 du journal Spirou avec le récit complet Arizona 1880.
  • Pour l’occasion, la série est renommée Les Aventures de Lucky Luke d’après Morris.
  • En 2003, une illustration de Lucky Luke et Jolly Jumper est réalisée pour illustrer le ski dans les couloirs du Centre sportif de Blocry à Louvain-la-Neuve, qui contient nombre de dessins évoquant le sport dans la bande dessinée[réf.

La série animée fera vingt-six épisodes d’une demi-heure adaptée d’un album. Avant la série animée est sorti, l’année précédente, un long-métrage intitulé Les Dalton en cavale réalisé par le même studio américain[17]. Si la série connut le succès en Europe, elle fut un échec aux États-Unis et Hanna-Barbera se retire de la production dès la première saison. La société française de IDDH continue seule l’aventure et produit une seconde série en 1991 débarrassée des contraintes américaines, mais moins réussie au niveau de l’animation, le budget étant plus modeste avec le départ des Américains[18]. La première histoire originale de la série qui paraît dans le journal Pilote est Dalton City du no 441 au no 462 de l’année 1968 (publiée en album en 1969 aux éditions Dargaud). La série est publiée parallèlement dans Super Pocket Pilote avec Défi à Lucky Luke (no 1) et Arpèges dans la vallée (no 2).

Télécharger Lucky Luke – tome 8 – Chasseur de primes PDF Ebook Kindle Online de Goscinny,Morris

Le premier film en prise de vue réelle où l’on voit apparaître le personnage de Lucky Luke sort en 1991 et porte simplement le titre de Lucky Luke. L’acteur Terence Hill, vedette du western comique italien, l’a mis en scène tout en incarnant le personnage titre. Après une grosse hésitation de Morris à cause de la non-ressemblance de l’acteur avec Lucky Luke, les contrats sont signés et le film est tourné.

  • Sa principale particularité est de souvent finir les phrases de son frère William[d 13].
  • Brigham Young, chef spirituel de la communauté mormone, apparaît dans l’histoire Le Fil qui chante, où apparaît aussi Washakie chef des amérindiens Shoshones[d 32].
  • Si la série connut le succès en Europe, elle fut un échec aux États-Unis et Hanna-Barbera se retire de la production dès la première saison.
  • La série Rantanplan rencontre le succès, ce qui motive la création d’une autre série parallèle intitulée Kid Lucky, qui raconte la jeunesse de Lucky Luke.
  • Elle est présente parfois dans des journaux de bande dessinée comme Tintin, Spirou[2] où elle fait son retour, et parfois dans Pif Gadget[13], mais aussi dans des journaux généralistes comme Le Nouvel Observateur et Paris Match[12].

Nebraska Kid, dans l’histoire Les Collines noires prend le visage de Kirk Douglas. Le professeur de maintien de Calamity Jane, dans l’histoire du même nom, a les traits de David Niven[54]. Toujours dans Calamity Jane, le rival de l’héroïne, August Oyster, est représenté sous les traits de Sean Connery[55]. Dans En remontant le Mississipi, James Coburn est caricaturé sous les traits du tueur à gages Pistol Pete. W. C. Fields devient patron de cirque miteux dans Western Circus et charlatan dans La Ballade des Dalton. Hank Bullys, le conducteur de La Diligence a les traits de Wallace Beery[54] alors que dans la même histoire le joueur professionnel Scat Thumbs est représenté sous les traits de John Carradine[52].

Billy the Kid

Pour 1956, parait l’album Phil Defer qui contient les histoires dix-sept et dix-huit. Dans Spirou, parait Alerte aux Pieds-Bleus publiée du no 938 au no 957, puis Lucky Luke et la bande de Joss Jamon du no 966 au no 989. Dans Risque-Tout no 49 parait l’histoire courte intitulée Voleurs de Chevaux. La même année est publiée une nouvelle qui a pour titre Pirates en pullman dans un hors-série du journal Spirou intitulé Spirou poche.

  • À la création de la série, et ce pour les quatre premiers albums de Lucky Luke, Morris reconnaît avoir été fortement influencé par le dessin animé.
  • À commencer par la formule « L’homme qui tire plus vite que son ombre », inventée par René Goscinny, qui est devenue très célèbre dans le monde francophone[d 1] et même synonyme de rapidité.
  • Buck Ritchie dans L’Empereur Smith tente de manipuler l’Empereur pour utiliser son armée à des fins malhonnêtes[d 65].
  • Pour Morris, ce voyage est plutôt motivé par l’envie de découvrir les décors et les méthodes de travail des auteurs aux États-Unis, qu’il considère comme le pays de la bande dessinée[c 2].
  • Les transmissions avec l’Europe étaient parfois difficiles, au point que pour économiser des timbres, Morris dessine pendant quelque temps ses planches recto-verso.

Corral, Soapy Smith dans Le Klondike ou encore Jesse James, Billy the Kid et Calamity Jane qui apparaîtront comme personnages principaux de plusieurs épisodes de la série[38]. La série contient un nombre considérable de plongées et contre-plongées avec souvent de grandes images qui occupent, sous cet angle de vue, les deux tiers d’une demi-planche. Ceci permet de faire un plan d’ensemble d’une scène, par exemple un camp de chercheur d’or, ou l’intérieur d’un saloon, ou encore la rue principale d’une ville, tout en glissant plusieurs éléments humoristiques dans l’image. Morris utilise ce procédé cinématographique qu’est la plongée de différentes manières. La plongée stabilisée, comme dans l’histoire Les Dalton courent toujours, permet de suivre les Dalton sous terre au fur et à mesure qu’ils creusent pour trouver la banque déplacée sans arrêt par Lucky Luke. La plongée dynamique en avant, comme dans l’histoire Canyon Apache entraîne le lecteur avec la cavalerie américaine, fonçant tête la première dans le piège tendu par les Apaches.

Jeux de société[modifier modifier le code]

La série a aussi été adaptée sur de nombreux supports, en longs-métrages d’animation et séries animées pour la télévision, en films, jeux vidéo, jouets et jeux de société. Le terme « Lucky Luke » est depuis devenu dans les sociétés française et belge synonyme de rapidité. Dopey, l’un des personnages de Ruée sur l’Oklahoma, ressemble à Michel Simon jeune.

  • Il est réalisé par les studios belges Belvision sur scénario original de René Goscinny, Morris et Pierre Tchernia.
  • La même année sortent deux jeux de plateau intitulés pour l’un La ballade des Dalton inspiré du Monopoly[s 29] et pour l’autre Lucky Luke le cheval de fer[s 30] L’année suivante, sort un jeu de 52 cartes à l’effigie des personnages de la série[s 31].
  • Elliot Belt est un chasseur de primes dans l’histoire du même nom que tout le monde déteste pour sa vocation à la délation.
  • Morris souhaite alors à la fois se concentrer uniquement sur l’aspect graphique, mais aussi donner du sang neuf à la série[c 2].

Dans Le Cavalier blanc, le personnage titre présente l’apparence de John Barrymore[52]. Le Grand duc Léonide a les traits de Sydney Greenstreet, le professeur Otto von Himbeergeist, personnage principal de La Guérison des Dalton est en fait l’acteur allemand et premier non-américain à recevoir un Oscar, Emil Jannings. Lulu Carabine, qui fait flancher le cœur de Joe et William Dalton dans Dalton City ressemble à la plantureuse Mae West. Le pilote Ned dans l’histoire En remontant le Mississipi et le colonel Mac Straggle dans Le 20e de cavalerie sont des caricatures peu ressemblantes, respectivement de Burl Ives et Randolph Scott. L’acteur Brian Donlevy est croqué en William Bradwell dans l’histoire Le Fil qui chante[d 66]. Les frères Dalton sont une fratrie composée de quatre bandits prénommés Joe, Jack, William et Averell.

Séries dérivées[modifier modifier le code]

Dans le journal périodique est publiée, pour l’année 1969, l’histoire à suivre Jesse James du no 478 au no 499 (1969 en album). Ensuite est publiée l’histoire à suivre Western Circus du no 520 au no 541 (1970 en album). La même année est publiée dans le troisième numéro de Super Pocket Pilote, une histoire complète de huit pages intitulée Promenades dans la ville, puis dans le quatrième numéro une histoire de seize pages intitulée La Bataille du riz. Pour l’année 1970, est publiée l’histoire à suivre Canyon Apache du no 563 au no 584 (1971 en album). L’année suivante est publiée l’histoire à suivre Ma Dalton du no 595 au no 616 (1971 en album).

Dans l’histoire Lucky Luke contre Pinkerton, est mis en scène le célèbre détective Allan Pinkerton qui souhaite remplacer Lucky Luke comme justicier de l’Ouest[s 9]. Dans l’album Un cow-boy dans le coton, Lucky Luke rencontre le premier marshal noir Bass Reeves. L’arrivée des colons à l’Ouest, du train et du télégraphe sont traités de la même manière que les grands évènements que sont la ruée vers l’or ou l’exploitation du pétrole. La figure de Lucky Luke est aussi traitée avec humour lors de ces évènements ; quoi qu’il arrive il n’y participe jamais pour s’enrichir, mais simplement pour protéger les plus faibles ou rétablir la justice. Les bandits présents dans Lucky Luke ont pour la plupart véritablement existé (hormis dans les premières histoires, jusqu’à Hors-la-loi).

Résumé de la série Lucky Luke – Intégrales

Ainsi, Tonino Benacquista et Daniel Pennac, toujours avec Achdé au dessin, sont embauchés pour écrire de nouveaux albums, en alternance avec Laurent Gerra[23]. Physiquement il est la caricature de l’acteur Wallace Beery, habillé négligemment au contraire de la réalité où les conducteurs de la société Wells Fargo sont soucieux de leur apparence. Il apparaît dans la plupart des albums où se déroule un grand trajet à travers les États-Unis, ainsi il fait sa première apparition dans la quarante-septième histoire, La Diligence, puis il revient dans Le Fil qui chante, La Fiancée de Lucky Luke et Belle Starr. Il apparaît aussi de manière anecdotique dans d’autres histoires de la série[d 31]. Dans l’histoire Le Pied-Tendre, Lucky Luke accompagne un aristocrate anglais nommé Waldo Badmington qui vient d’hériter d’une terre dans la ville de Dry Gulch. Il est accompagné par ses domestiques Jasper et Sam l’Indien, ces deux derniers personnages reviennent dans l’histoire La Belle Province[d 42].

  • Ces deux histoires sont ensuite publiées en 1964 dans un album intitulé Les Dalton courent toujours.
  • Comme son frère William, il est souvent utilisé comme faire-valoir au cours des aventures[d 16].
  • Pour Jijé, ce départ est avant tout politique, craignant une troisième guerre mondiale qui transformerait l’Europe en zone occupée par les troupes de Joseph Staline ou en zone dévastée par les bombes atomiques[5].
  • La plongée dynamique en avant, comme dans l’histoire Canyon Apache entraîne le lecteur avec la cavalerie américaine, fonçant tête la première dans le piège tendu par les Apaches.
  • La danseuse de cancan est présente dans les saloons de la série depuis la libération des mœurs, sous les traits d’une jolie fille ; son autre activité, qui est la prostitution, jamais avouée, saute tout de suite aux yeux des lecteurs plus âgés.

Cette dernière utilisation permet de montrer qu’il y a quand même une explication au gag, dans cet exemple les Dalton montrent chacun en même temps un carré d’as[c 5]. En 2020, après l’album La Terre promise en 2016 et l’album Un cowboy à Paris en 2018, Jul et son dessinateur, Achdé, décident de parler de la ségrégation raciale dans un nouvel album intitulé Un cowboy dans le coton[32]. Aussi bête soit-il, Rantanplan a visiblement encore quelques belles années, et autant d’occasions de nous faire rire, devant lui. Avec L’arche de Rantanplan, Jul et Achdé font souffler une fois de plus un vent de modernité sur les aventures de celui qu’on surnomme “Lonesome Cowboy” et mettent en lumière les animaux de la série qui font aussi le succès de Lucky Luke.

Combien vaut un album de lucky Luke de collection ?

Pour l’année 1996 est publiée Le Klondike, sur un scénario de Yann et Jean Léturgie. En 1998, c’est l’histoire Marcel Dalton qui est publiée sur un scénario de Bob de Groot[63]. Dans l’histoire Le Pied-Tendre, le bandit qui tente de s’emparer des terres héritées par Waldo Badmington, est Jack Ready[d 59]. Corduroy Zilch, organisateur de rodéo dans la cinquante-cinquième histoire, Western Circus, voit d’un mauvais œil l’arrivée du cirque à Fort Coyote[d 60]. Dans Canyon Apache, on assiste à une guerre entre le colonel O’Nollan qui veut se venger des Apaches qui ont enlevé son fils, Patrick, et le jeune chef Apache, Patronimo[d 61].

  • Le graphisme de la série est alors inspiré de celui des dessins animés avec des traits ronds pour les personnages[c 1].
  • Dans le domaine politique, le Premier ministre turc Turgut Özal a déclaré, sous forme de provocation, ne lire que Lucky Luke.
  • Lors de ses aventures, il doit rétablir la justice dans le Far West en pourchassant des bandits dont les plus connus sont les frères Dalton.
  • L’année suivante, sort le sixième album, Hors-la-loi contenant les histoires douze et quatorze.
  • Aussi bête soit-il, Rantanplan a visiblement encore quelques belles années, et autant d’occasions de nous faire rire, devant lui.

Le cercle dynamique centripète comme dans l’histoire L’Escorte quand les amérindiens attaquent une diligence déjà sous le feu des bandits voulant délivrer Billy the Kid. Le cercle dynamique centrifuge, comme dans l’histoire Lucky Luke contre Pat Poker avec la fuite devant la mouffette, le cercle dynamique rotatif, comme dans l’histoire Le Juge où Lucky Luke, attaché à un arbre, doit courir pour éviter l’ours de Roy Bean. Le cercle dynamique rotatif simple ou concentrique repris dans plusieurs albums de la série avec les Amérindiens qui tournent autour d’un chariot[c 5]. Lucky Luke est publié pour la première fois en 1946 dans l’Almanach 47 du journal Spirou avec l’histoire Arizona 1880[2]. Le graphisme de la série est alors inspiré de celui des dessins animés avec des traits ronds pour les personnages[c 1].

Télécharger Lucky Luke – tome 8 – Chasseur de primes Livre PDF Gratuit

En 1949 sort La Mine d’or de Dick Digger (pré-publiée dans Spirou en 1947), premier album de la série[3] et réalisée sur un scénario de son frère, Louis De Bevere[7]. Il travaille aussi pour divers magazines de bande dessinée américains et illustre des livres pour enfants. Durant son séjour qui dure six ans, il fait la connaissance de Harvey Kurtzman, alors rédacteur en chef du magazine de bande dessinée Mad. Ces contacts avec les auteurs de bande dessinée américains auront un impact important sur son travail[c 2].

En 1948, Morris, Franquin et la famille de Jijé décident de partir pour les États-Unis. Pour Jijé, ce départ est avant tout politique, craignant une troisième guerre mondiale qui transformerait l’Europe en zone occupée par les troupes de Joseph Staline ou en zone dévastée par les bombes atomiques[5]. Pour Morris, ce voyage est plutôt motivé par l’envie de découvrir les décors et les méthodes de travail des auteurs aux États-Unis, qu’il considère comme le pays de la bande dessinée[c 2]. En juin 1949, après plusieurs mois passés au Mexique, ses compagnons de voyage repartent vers l’Europe[6]. Morris reste aux États-Unis, d’où il continue d’envoyer régulièrement des planches au journal Spirou.